lundi 9 février 2009

Tout ce que vous souhaitiez savoir sur la réforme de la formation … sans oser le demander

OUI, une réforme de la formation et du recrutement des enseignants du primaire et du secondaire était souhaitée et nécessaire.

MAIS la réforme décrétée, loin de répondre aux demandes et critiques exprimées depuis des années, risque d’aggraver les difficultés des enseignants débutants et de détériorer le service public d’enseignement.

Cette réforme dénommée « masterisation » ( parce qu’elle instaure le recrutement à bac + 5 donc au niveau master 2) supprime l’année de stage post concours indispensable à l’apprentissage du métier.
Dans ce dispositif les candidats au concours n’auront même pas l’obligation d’avoir suivi un master qui permettrait une quelconque approche du métier d’enseignant.


POURQUOI demandons-nous le retrait de la réforme du recrutement et de la formation des enseignants ?

PARCE QUE cette réforme est :


- IRRESPONSABLE car dangereuse.

Elle permettrait, en supprimant l’année de formation professionnelle, que des enseignants non formés puissent prendre leurs fonctions dès la rentrée 2010.


- INCOHERENTE.

Conduite dans l’urgence, la précipitation et l’improvisation, elle superposerait au cours de la même année d’étude la préparation au concours, la formation au métier d’enseignant et les travaux d’étude et de recherche conditionnant l’obtention du master. Une telle situation détériorerait à la fois l’apprentissage du métier et la valeur de la recherche universitaire.


- INADAPTÉE

Peut-on imaginer que les compétences des enseignants se trouveraient améliorées du seul fait d’une éventuelle élévation des connaissances théoriques , sans qu’elles s’adossent - comme cela se fait dans nombre de pays européens - à une véritable formation professionnelle?!




- SURPRENANTE.

La critique essentielle faite à la formation des enseignants consistait précisément à dénoncer son aspect « trop théorique ».

Alors que toutes les professions qui s’occupent de l’humain ont des écoles professionnelles après les études universitaires et les concours de recrutement, l’Education Nationale serait la seule Fonction Publique sans École de Formation.


- PENALISANTE ET DISCRIMINANTE socialement.

Alors que les professeurs bénéficiaient d’une année de stage et de formation rémunérée, ils devraient désormais assumer financièrement l’allongement de deux ans de leurs études, perdant qui plus est la possibilité de prendre des classes en responsabilité avec le soutien de formateurs.


- MENACANTE.

Car elle condamnerait la formation continue rémunérée sur le temps de travail.

Parce qu’elle mettrait inévitablement en concurrence (par exemple pour le mouvement) les diverses catégories d’enseignants (avec la création des P.E. « masterisés »).

Car elle ouvrirait la possibilité aux titulaires d’un « master éducation » ayant échoué aux concours de faire valoir leur diplôme professionnel pour assurer des fonctions d’enseignement sous statut précaire.


AUSSI PROPOSONS-NOUS UNE VERITABLE REFORME DE LA FORMATION QUI OFFRIRAIT UN RECRUTEMENT A BAC + 3 SUIVI D’UNE FORMATION PROFESSIONNELLE REMUNEREE DE 2 ANS DONNANT L’EQUIVALENCE D’UN MASTER 2.



Si vous souhaitez vous faire une idée par vous-même et comprendre les débats et enjeux consultez le blog : Collectifiufmlivry.blogspot.com

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je vous contacte pour vous signaler qu'à l'IUFM de Poitiers nous (PE2, PE1, formateurs, BIATOSS) avons voté l'occupation des locaux pour défendre notre système de formations.
    Voici l'adresse de notre blog où vous figurez déjà dans nos liens : http://coordinationiufm86.blogspot.com
    Pouvez-vous nous ajouter à vos liens ?

    Bon courage !

    coordination.iufm86@gmail.com

    RépondreSupprimer
  2. La chaîne de mail délivre les détails au compte goutte, il est conseillé d'arriver à 13H30 sur Luxembourg pour les manifestants agissant sur Paris.

    Jérôme

    http://sauverlaformationdesprofs.over-blog.org/
    http://metier-prof.blogspot.com/

    RépondreSupprimer

Membres