vendredi 29 mai 2009

L'I.U.F.M. DE LIVRY APPELLE A LA RETENTION DES NOTES DU C.E.R.P.E.

Pour les futures générations d’élèves et d’enseignants, pour l’avenir de l’école de la République, nous n’avons pas le droit de perdre notre combat pour le retrait de la réforme Darcos / Pécresse.

En effet, ni les masters 2 donnant droit à passer le concours, dont la plupart ne comporte ou ne comporteront aucune dimension professionnelle, ni la préparation du concours ne peuvent être considérés comme une formation initiale des enseignants ainsi que le prétend le gouvernement.
De même, le 1/3 d’année de formation « continue » que le gouvernement a dû concéder aux nouveaux enseignants affectés directement dans une classe, sans que la plupart d’entre eux n’aient jamais fait de stage devant élèves, ne saurait être considéré comme une formation professionnelle. Ce temps limité interdira aux formateurs de mettre en œuvre une formation professionnelle réflexive. Ils pourront juste tenter d’apporter des réponses d’urgence à des fonctionnaires-stagiaires placés dans des conditions d’entrée dans le métier très difficiles.
Par ailleurs, le recrutement de titulaires de master 2 « métiers de l’enseignement » ayant échoué au concours, non seulement développera la précarité chez les enseignants, mais annonce la disparition des concours, celle de l’appartenance des futurs enseignants à la fonction publique d’Etat et donc celle du caractère national de l’Education.

OPPOSONS-NOUS A LA CASSE DE LA FORMATION ET DE L’ECOLE DE LA NATION

Le gouvernement, après avoir concédé des stages pouvant atteindre 108 h en M1, 108 h en M2 (pour 50 000 étudiants sur 150 000), 1/3 de l'année en formation après le concours, l'ouverture du prochain concours aux titulaires d'une licence, le maintien des épreuves actuelles du concours, vient d’abandonner l’idée d’imposer un master 2 aux lauréats de 2010 pour être titularisés. Les enseignants recrutés en 2011 (reçus au concours 2010) ne seront pas mastérisés.

NOUS SOMMES EN TRAIN D’OBTENIR LE REPORT,
NOUS OBTIENDRONS LE RETRAIT

Au mépris de la mobilisation sans précédent du monde universitaire, au mépris des pseudo-commissions qu’il a lui-même mises en place (commission Marois / Filâtre qui devait remettre ses conclusion le 15 juillet, groupes de travail, Etats généraux pilotés par la Conférence des directeurs d’I.U.F.M.), le gouvernement tente de passer en force en lançant la procédure de promulgation des décrets.

LA MOBILISATION DOIT SE POURSUIVRE ET S’AMPLIFIER

Ce nouveau recul est intervenu alors qu’aux manifestations et grèves menées depuis quatre mois se sont ajoutés dans les académies d’Ile-de-France des formes d’action plus radicales majoritairement décidées : blocage d’un centre de correction du CERPE (Livry-Gargan), rétention des notes pendant une semaine dans l’académie de Paris et signature de motions de soutien à ces mouvements par des majorités de correcteurs issus de tous les degrés de l’enseignement.

Sans les opposer aux formes traditionnelles d’action qui doivent se poursuivre, ces initiatives, que les enseignants avaient jusqu’ici refusé d’adopter, ont montré au gouvernement la détermination des enseignants et à l’opinion publique la gravité des projets ministériels. Elles figurent désormais dans l’éventail d’actions proposé par la Coordination nationale des Universités tandis que le SNESup « appelle à poursuivre les actions dans les établissements par la suspension des responsabilités administratives et la grève administrative avec rétention des notes »

L’A.G des formateurs de Livry-Gargan réaffirme que ni les examens, ni les concours, ni les vacances, ni la promulgation à marche forcée des décrets ne mettront de terme à ce mouvement.

Ils appellent l’ensemble des personnels convoqués aux épreuves d’admission du CERPE à subordonner la transmission des notes à l’administration au retrait de la réforme par le gouvernement.

Si le gouvernement s’obstinait à vouloir imposer des projets que l’ensemble du monde universitaire rejette, il endosserait l’entière responsabilité des conséquences sur les candidats de cette initiative.

mercredi 27 mai 2009

LA LUTTE CONTINUE

AU PROGAMME :

- Mercredi 27 mai : seconde journée de deuil des évaluations à l’I.U.F.M de Livry


- Mercredi 27 mai 14h : manifestation devant le ministère de l'Education nationale, 110 rue de Grenelle, rendez-vous au M° Solférino


- Jeudi 28 mai 13h30 : AG des formateurs de Livry au petit amphi


- Mardi 2 juin : Il faut sauver le site IUFM de Livry-Gargan !

13h : AG des PE1, PE2, ATOSS, PIUFM
13h30 : départ du cortège de l’IUFM vers la mairie de Livry
14h : rassemblement devant la mairie de Livry
14h : délégation de l’IUFM reçue par M. Calmat, député-maire de Livry


- Mercredi 3 juin 10h : Coordination nationale des universités à Paris XIII


- jeudi 4 juin 14h : Académic Pride (Marche de tous les savoirs). Métro Sèvre-Babylone. La fanfare de percussions de l’IUFM de Livry est sollicitée


- Vendredi 5 juin 12h : réunion à l'initiative de Mme Bonnafous à Paris 12, amphi T500, Bât. T (CMC)


- Samedi 6 juin 9h30 : Coordination nationale formation des enseignants

mardi 26 mai 2009

2ème journée de deuil des évaluations

Mercredi 27 mai : TOUS EN NOIR DES 8 H
- distribution des tracts
- distribution de brassards
- accueil au son de la marche funèbre

Si la réforme passe, les évaluations collectives seront remplacées par des inspections !

samedi 23 mai 2009

PLUSIEURS RENDEZ-VOUS DE LUTTE CETTE SEMAINE :

- A.G plénière lundi 25 mai à 10 h 15.

Ordre du jour :
- passage en force du gouvernement
- situation dans les autres IUFM
- quelles réactions adopter ?
- préparation de la manif du 26 mai
- commencer à penser à l'organisation d'une fête de fin d'année de l'IUFM en lutte
- journée d'évaluation des PE2 vague B/B' mercredi 27 mai : reconduire la journée de deuil ou mettre en place un autre dispositif ?

- A.G des formateurs mardi 26 mai à 10 h.

Ordre du jour :
- retention des notes d'admission ?
- grève des coordinations à la rentrée ?
- grève reconductible ?
- autres actions ?

- Manifestation mardi 26 mai après midi (le RDV sera fixé ultérieurement)


- Journée d'évaluation des PE2 vague B/B' mercredi 27 mai

mardi 19 mai 2009

Journée de deuil

MERCREDI 20 MAI SE TIENNENT POUR LA DERNIERE FOIS DES EVALUATIONS COLLECTIVES.
Si la réforme passe, elle seront remplacées par une inspection d'I.E.N.

TOUS EN NOIR POUR CETTE JOURNEE DE DEUIL !

Rendez-vous dès 8 h pour accueillir les I.E.N., C.P.C., I.M.F. et PE2,
leur proposer de porter un brassard noir signifiant l'opposition à la réforme,
et leur distribuer un tract expliquant les enjeux des mesures gouvernementales.

VENEZ NOMBREUX !

samedi 16 mai 2009

Prochaine A.G : lundi 18 mai à 10 h 15

Ordre du jour :

1. le point sur l'état de mobilisation des autres IUFM

2. préparation des actions pendant la journée d'évaluation du mercredi 20 mai sous forme d'ateliers

Pour l'instant nous avons prévu de porter le deuil d'évaluations collectives assurées par des formateurs de statuts divers ayant suivi et conseillé les stagiaires. Les prochaines se feront par les seuls inspecteurs sur la base d'une inspection ... à moins que nous n'obtenions le retrait de la réforme.

En conséquence, nous viendrons habillés de noir, couvre-chef noir et lunettes noires (ambiance Blues Brothers)

Nous proposerons lors d'un accueil matinal (dès 8 h !) à tous les usagers (PE2, IMF, CPC, IEN, ATOSS, PIUFM ... ) de porter un brassard noir (à réaliser) en signe d'opposition à la réforme.

Sur toutes les portes des salles où se tiendront les commissions sera apposée une affichette de faire-part (à réaliser).

Transformation du sas d'entrée en catafalque (à réaliser)

Diffusion d'une marche funèbre dans le hall (sonorisation à mettre en place)

Distribution d'un texte faisant le point sur la situation et appelant à de nouvelles actions (à réaliser)

Présentation murale ou au sol de graphiques montrant la diminution depuis 30 ans de la formation des enseignants (à réaliser. Les anciens profs de l'Ecole normale et de l'IUFM sont sollicités pour donner les chiffres)

D'autres idées peuvent bien sûr être proposées.

FORMATEURS : IL EST IMPORTANT QUE TOUS LES COURS S'ARRETENT A 10 H 15 POUR FAVORISER LA PARTICIPATION DU PLUS GRAND NOMBRE AUX A.G

STAGIAIRES : SI VOTRE FORMATEUR NE DEBRAYE PAS POUR L'A.G, N'HESITEZ PAS A LE PREVENIR QUE VOUS QUITTEREZ LE COURS A L'HEURE CONVENUE

jeudi 14 mai 2009

Prochaine A.G : vendredi 15 mai à 10 h 15

Ordre du jour :

- levée ou poursuite du blocage des évaluations des PE2 ? VENEZ DONNER VOTRE AVIS !

- le point sur la situation après les nouvelles mesures Darcos

- compte rendu de la Coordination nationale des universités

Encore un recul du gouvernement !

Après avoir concédé 108 h de stage en M1, 108 h en M2, 1/3 de l'année en formation après le concours, l'ouverture du prochain concours aux titulaires d'une licence, le maintien des épreuves actuelles du concours, le gouvernement doit accepter que les lauréats de 2010 n'aient plus à passer de master 2 pour être titularisés, ils seront comme aujourd'hui fonctionnaires stagiaires.

Les enseignants recrutés en 2011 (reçus au concours 2010) ne seront pas mastérisés !

LA LUTTE PAIE !

Toutefois, le gouvernement veut toujours leur faire passer les 2/3 de l'année devant élèves et seulement 1/3 en formation.


CONTINUONS LE COMBAT !

On est en train d'obtenir le report,
nous obtiendrons le retrait !

La manif du 14 mai sera l'occasion de fêter ce succès (14h à Jussieu)

mardi 12 mai 2009

OCCUPATION DE L'I.U.F.M. DE PARIS

Communiqué de presse du lundi 11 mai

L’IUFM de Paris occupé !

Depuis 14 semaines, l’IUFM de Paris mobilisé s’est opposé avec force au projet de réforme de la formation et du recrutement des enseignants : la disparition de la formation professionnelle, de l’année de stage rémunérée ne peuvent en aucun cas passer pour une amélioration de la qualité de la formation des enseignants, même sous le nom de mastérisation.
Face au mépris des ministères de l’Éducation Nationale et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, sourds aux revendications des étudiants, des professeurs stagiaires, des personnels de service et d’enseignement, l’IUFM de Paris renforce sa mobilisation. À compter du lundi 11 mai, suite à une décision prise en Assemblée Générale le 5 mai, les personnels, étudiants et professeurs stagiaires de l’IUFM occupent leur établissement, nuit et jour, manifestant ainsi leur détermination et leur engagement pour défendre une formation et une école de qualité, laïque, gratuite.
Une réforme de la formation des enseignants est nécessaire et nous la souhaitons.
Mais réformer n’est pas détruire.

Le comité de mobilisation de l'IUFM de Paris

visitez leur blog !

LE 14 MAI : TOUS A LA MANIFESTATION !

Le cortège partira à 14 heures de Jussieu pour se diriger vers l'Hôtel Matignon, arrêt Sèvres-Babylone, par les rues du Quartier Latin.

Pour l'emploi et contre la précarité dans le service public d'enseignement supérieur et de recherche !
Pour la défense de nos revendications solidaires !

Venez nombreux avec votre gilet jaune fluo et objets sonores !

dimanche 10 mai 2009

Prochaine AG : lundi 11 mai à 10 h 15

Ordre du jour :

- notre participation à la coordination nationale des universités du 13 mai
- notre participation à la coordination nationale de la formation des enseignants du 13 mai
- organisation d'une manifestation devant la mairie de Livry pour la défense du site
- rencontre d'une délégation IUFM avec les directions départementales des syndicats afin de clarifier les positions de fond sur la réforme (date à déterminer)
- la manifestation du 14 mai

DEMANDER A VOTRE FORMATEUR D'ARRETER LE COURS POUR L'AG.

A DEFAUT, PREVENEZ-LE EN DEBUT DE SEANCE QUE VOUS QUITTEREZ LE COURS POUR L'AG.

jeudi 7 mai 2009

A.G. du 07 mai 2009

Aujourd'hui à 9H s'est tenue à l'IUFM de Livry Gargan une Assemblée Générale concernant la suite à donner aux opérations de blocage des corrections et d'appel à la rétention des notes menés depuis lundi 04 mai 2009.
Cette A.G. a été marquée par une nouvelle révoltante : quelques uns de nos collègues formateurs ont été informés d'un communiqué de presse émanant du rectorat menaçant toute personne qui tenterait d'entraver le bon déroulement d'examens et de corrections d'examen d'être poursuivi en justice par le recteur en personne.
Loin d'effrayer les acteurs du mouvement, cette mesure montre à quel point le pouvoir en place se sent acculé face à une mobilisation qui grandit de jours en jours.

Par la suite, l'assemblée a voté plusieurs mesures :

Un appel à poursuivre le mouvement de rétention des notes
L'adoption d'une lettre ouverte à Madame Pécresse et Messieurs Darcos et Sarkozy (cf ci dessous)
L'envoi d'une délégation à Bobigny pour l'assemblée départementale qui aura lieu ce soir à 18H
La mise en circulation d'une déclaration personnelle de participation au blocage et/ou à l'appel au blocage

Pour rappel : le mouvement De la Maternelle à l'Université se poursuit le 14 mai 2009, venez nombreux. Une dixième coordination nationale des universités aura lieu à Marne-La-Vallée le 13 mai 2009.

________________________________

LETTRE OUVERTE A Mme PECRESSE, MM DARCOS ET SARKOZY

Madame, Messieurs,

Aujourd’hui, en raison de votre acharnement, des correcteurs issus de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur retiennent des notes du concours de recrutement des professeurs des écoles. Ayant répondu à l’appel à la rétention des notes que nous avons lancé après avoir bloqué le centre de corrections de Livry-Gargan, ils empêchent ainsi dans l’académie de Paris que soit établie la liste des candidats admissibles. D’autres académies vont vraisemblablement être touchées par ce mouvement ces prochains jours ou lors des épreuves d’admission.

Vous portez l’entière responsabilité de cette situation.

Depuis trois mois, par la grève, les manifestations, la non-remontée des maquettes de master, la ronde infinie des obstinés …, le monde universitaire vous a démontré son opposition à vos projets de casse de la recherche et de l’enseignement publics. A cette contestation, vous avez répondu d’abord par le mépris puis par des passages en force (décret des enseignants-chercheurs passé pendant les vacances scolaires), des effets d’annonce (prétendu report de la réforme alors que les lauréats du prochain concours devront obtenir un master pour être titularisés) et des manœuvres dilatoires (commission Filâtre – Marois qui rendra ses conclusions … le 15 juillet !)

Vos projets ne visent ni à améliorer le niveau de formation des enseignants ni leurs rémunérations. Les enseignants sont déjà recrutés à bac + 5, leur cursus pourrait dès maintenant être sanctionné par l’attribution d’un master professionnel, comme c’est le cas pour les sages-femmes et, si augmentation de traitement il y avait, celle-ci ne concernerait pas toute la profession mais seulement les toutes premières années d’exercice des futurs enseignants dont le début de carrière et donc les premiers salaires seraient différés d’un an. En supprimant l’année de formation professionnelle en alternance rémunérée située après le concours, vous vous apprêtez à envoyer devant les élèves de jeunes enseignants non formés. Vous comptez réaliser ainsi d’importantes économies budgétaires à leur détriment et au détriment des élèves.

De surcroît, en voulant créer des masters « métiers de l’enseignement », vous souhaitez créer les conditions d’un recrutement d’enseignants hors concours, non fonctionnaires. Compte tenu de la réduction des postes de fonctionnaires, cette nouvelle voie d’accès aux métiers d’enseignants éliminera rapidement celle, sur concours, que nous connaissons aujourd’hui.

Soucieux de l’intérêt des candidats au concours, nous n’avons ni empêché le déroulement des épreuves ni porté atteinte à leurs copies. Nous ne voulons pas annuler la session 2009 des concours. Le concours peut reprendre à tout moment, il suffit pour cela que vous retiriez vos réformes. Conscients pareillement de nos responsabilités à l’égard des futures générations d’élèves et d’enseignants, nous continuerons à défendre le caractère national de l’Education, l’appartenance des futurs enseignants à la fonction publique d’Etat, les idéaux républicains d’égalité.

C’est pourquoi ni les examens, ni les concours ni les vacances scolaires ne mettront de terme à ce mouvement de résistance.

Notre détermination se renforce à mesure que vous vous obstinez.

Dans l’attente de l’annonce rapide du retrait de vos réformes destructrices, nous vous prions d’agréer, Madame, Messieurs l’expression de nos salutations distinguées.

Livry-Gargan, le 7 mai 2009,

L’I.U.F.M. en lutte de Livry-Gargan

mercredi 6 mai 2009

ILS ONT OSE !

l’Appel à la rétention des notes du concours du CRPE lancé hier par l’IUFM de Livry-GARGAN, suite au blocage des corrections le lundi 4 mai, a été entendu.


A ARCUEIL, centre de correction des copies de l'académie de Paris, plus de la moitié des collègues a décidé aujourd’hui 6 mai de retenir les notes. En conséquence, les réunions d’harmonisation ne pourront avoir lieu demain.

Diverses motions ont été signées dans d’autres centres de correction de l’Ile de France (Cergy-Pontoise, Antony, Lycée Saint-Exupéry de Créteil où a été déplacé le jury de Livry-Gargan). Elles commencent à circuler également dans les lycées, les collèges, les écoles…

Laisserons-nous nos collègues d’ARCUEIL s’engager seuls dans cette action de résistance ?

Nous appelons tous les jurys d'île-de-France et de province à se réunir pour leur emboîter le pas :

-en retardant les corrections
-en retenant les notes
-en refusant de participer aux réunions d’harmonisation et aux jurys qui établissent les listes des admissibles


En convergence avec le mouvement de non tenue des examens qui se développe dans les universités, nous pouvons différer la parution des listes des candidats admissibles et démontrer au gouvernement que notre détermination pour obtenir le retrait de la reforme ne fait qu'augmenter.

Demain AG à 9 heures

Venez NOMBREUX

mardi 5 mai 2009

APPEL DE L'IUFM EN LUTTE DE LIVRY-GARGAN A LA RETENTION DES NOTES.

Après avoir bloqué hier la correction du concours à Livry, les formateurs et stagiaires ainsi que plusieurs correcteurs se sont rassemblés devant le lycée Saint Exupéry de Créteil où l'Administration avait rapatrié les corrections.

Le blocage de Livry a été fortement relayé par la presse (Humanité, Libération, Le Parisien, 20 minutes).

Les correcteurs de Créteil comme ceux d'autres centres ont signé en grand nombre les motions de soutien à ce mouvement : 76 % à Arcueil et 75 % à Cergy dans les jurys de maths, 40 % dans le jury de maths à Antony, déjà 35 % dans le jury de français d'Arcueil alors que le recueil des signatures n'est pas achevé. D'autres correcteurs ont choisi de se retirer des jurys.

En convergence avec le mouvement de non tenue des examens qui se développe dans les universités, CETTE ACTION DE BLOCAGE DES CORRECTIONS DOIT SE POURSUIVRE !

Il peut désormais consister en la rétention collective des notes.

Sans annuler la session 2009, elle permettra de différer la parution des listes des candidats admissibles et de démontrer au gouvernement que notre détermination pour obtenir le retrait de la réforme ne fait qu'augmenter. Elle recueille de jour en jour une adhésion croissante.

Nous appelons tous les jurys à se réunir pour adopter cette forme d'action.

lundi 4 mai 2009

Blocage des corrections du CRPE. Aujourd'hui... et demain...

1. Aujourd'hui, lundi 4 mai, la correction des copies de C.R.P.E. a été bloquée à l'I.U.F.M de Livry gargan. L'A.G qui a suivi a adopté le texte ci-dessous à 108 voix pour, 5 contre, 0 abstention et 47 refus de prendre part au vote. L'administration a décidé d'organiser les corrections demain, mardi 5 mai, au lycée St Exupéry, 2 rue Henri Matisse à Créteil (métro Créteil Préfecture, ligne 8). Nous avons décidé de bloquer à nouveau ces corrections. R.D.V à 7h30. Par ailleurs, une AG se tiendra à Livry demain à 14h.

2. Les formateurs de Livry convoqués dans d'autres centres de corrections d'Ile-de-France ont organisé des AG, lu et fait signer une motion de soutien au mouvement. 60 personnes sur 80 l'ont signée à Cergy, 24 sur 60 à Antony. Ces initiatives se poursuivront demain à Arcueil et dans d'autres centres.


TEXTE ADOPTE LORS DE L'AG

Suite au BLOCAGE DES CORRECTIONS DU CONCOURS A L’IUFM DE LIVRY-GARGAN
s’est tenue une assemblée générale réunissant plus de 170 personnes qui ont voté la motion suivante :

Nous, professeurs des écoles titulaires et stagiaires, formateurs, enseignants-chercheurs, personnels IATOS/BIATOS, correcteurs convoqués au concours de recrutement de professeurs des écoles (CERPE) de la session 2009 dans le Centre départemental 93, tenons à exprimer solennellement notre ferme opposition aux projets de recrutement et de formation des futurs enseignants.
Ces projets, s’ils étaient adoptés, entraîneraient une très grave dégradation du recrutement, de la formation, de l’enseignement en général et créeraient les conditions d’un recrutement d’enseignants non fonctionnaires.
Nous refusons la suppression de l’année de formation professionnelle en alternance, rémunérée, qui suit actuellement la réussite au concours : c’est bien lors de cette année là que les futurs professeurs, alors fonctionnaires stagiaires, peuvent apprendre leur métier.
Nous constatons que le gouvernement maintient ses projets malgré des mois de mobilisation.

C’est donc conscients de ces enjeux que nous décidons :
- De continuer les actions visant au retrait des réformes projetées par le gouvernement,
- Le soutien et la participation au blocage des corrections du CERPE
- D’appeler les organisations syndicales et fédérations de parents d’élèves à jeter toutes leurs forces dans l’action contre les réformes, notamment en appelant à la grève « de la maternelle à l’université » le 14 mai et de ne pas participer jusqu’au retrait du projet aux négociations et à la commission Marois-Filâtre proposées par le gouvernement.
- La poursuite du blocage du centre de Livry-Gargan pour les journée des 4 et 5 mai 2009.


Pour : 108
Contre : 5
Abstention : 0
Refus de prendre part au vote : 47

dimanche 3 mai 2009

Le blocage des corrections à Livry en questions/réponses

- en quoi consiste cette action ?

Les épreuves d'admissibilité ont déjà eu lieu sans perturbation la semaine dernière. Les copies ont été réparties dans différents centres dont celui de Livry. Les corrections doivent commencer lundi 4 mai. Nous comptons les empêcher pour obtenir le retrait de la réforme. Par ailleurs, les formateurs de Livry convoqués dans d'autres centres d'Ile-de-France liront et feront signer une motion aux correcteurs les appelant à différer les corrections.

- ce blocage des corrections va-t-il nuire aux candidats ?

Nous ne visons pas l'annulation de la session 2009 ce qui nuirait grandement aux candidats. Les copies ne sont pas en danger et nous n'avons pas envisagé d'en prendre possession. Notre action empêchera l'administration d'établir la liste des candidats admissibles et l'obligera à repousser les épreuves d'admission tant que les épreuves d'admissibilité n'auront pas été toutes corrigées.

- cette action est-elle l'oeuvre d'une petite poignée d'extrémistes ?

La décision de bloquer les corrections a été prise par l'AG du jeudi 30 avril réunissant 131 personnes venues exprès puisqu'il était connu de tous que le centre était bloqué pour la semaine et que les cours étaient supprimés. Cette présence nombreuse est d'autant plus appréciable qu'on était à la veille d'un week-end prolongé.
Résultat du vote : 97 pour le blocage, 16 contre, 16 abstentions.

- pourquoi bloquer les corrections ?

3 mois de manifestations, grèves, happening, distribution de tracts, courriers tous azimuts, organisation d'Etats généraux de la formation, blocages d'évaluations ... n'ont pas permis d'obtenir le retrait de la contre-réforme qui est un préalable à l'élaboration d'une réforme améliorant réellement le recrutement et la formation des enseignants.
Compte tenu de l'usure, les prochaines manifestations ne pourront plus être aussi massives que les précédentes. L'ampleur du rejet de la contre-réforme a déjà été démontrée largement (jusqu'à 100 000 manifestants dans la rue) et le gouvernement n'en tient aucun compte. Il faut donc poursuivre les actions en les radicalisant ... à moins de reconduire des modalités d'action dont on sait déjà qu'elles ne font pas reculer le gouvernement.

Le blocage des corrections a une grande portée symbolique : quasiment jamais les enseignants n'ont osé aller jusque là. Le gouvernement le sait et joue la montre en attendant l'arrivée des périodes d'examen et de concours pour que les enseignants rentrent dans le rang. Le blocage montre à l'opinion publique que le mouvement se poursuit et que la détermination du monde enseignant et la radicalité de l'action sont à la mesure de la gravité des mesures gouvernementales. Le blocage doit s'accompagner bien sûr d'explications sur la réforme et ses enjeux.

- pourquoi bloquer des concours alors que le mouvement consiste notamment à défendre l'existence de concours pour recruter les enseignants ?

Le propre de toute grève est d'arrêter de faire ce qu'on veut continuer de faire ou qu'on veut améliorer : arrêter le travail pour garder son travail, arrêter les trains pour qu'ils circulent autant, mieux ou davantage, cesser des cours pour défendre la qualité de l'enseignement ...

Followers